Formation pour améliorer nos relations

Message aux Mauricien.ne.s, il est encore possible de se joindre au parcours renseigné ci-dessous : une formation qui entraîne des trans-formations (radicales pour beaucoup). J’y transmets des outils très concrets pour améliorer nos relations et pour mieux gérer nos petits conflits de tous les jours. J’enseigne le meilleur des techniques reconnues pour leur efficacité en communication et en négociation, avec de nombreux exercices pratiques.
Bienvenue !
Deux groupes : un les lundis soirs, à partir du 8 avril, l’autre les samedis matins, à partir du 13 avril. 

‘Résonance de Schumann’ et nos chants / champs électromagnétiques

La ‘Résonance de Schumann’ désigne les ondes transversales magnétiques de la terre (découvertes par le Professeur Schumann, de l’Université de Munich, en 1957), avec lesquelles nos fréquences cérébrales semblent être vitalement synchronisées : 7,8 Hertz. Il semblerait que cette pulsation vitale manque cruellement aux astronautes dans l’espace ainsi qu’aux personnes enfermées dans un bunker totalement isolé magnétiquement. Leur état de santé s’améliorerait dès qu’ils se trouvent à nouveau portés par ces ‘ondes de Schumann’, qui réguleraient nos horloges internes, sommeils et rêves, sécrétions hormonales et système immunitaire, états d’éveil et concentration mentale…

Ainsi, pour les chercheurs qui continuent les travaux de Schumann, les êtres vivants sont électromagnétiques avant d’être chimiques !

Et les humains peuvent amplifier les champs électromagnétiques qui les traversent naturellement, par exemple par des balancements rythmiques : je pense aux personnes juives qui prient debout, en s’inclinant d’avant en arrière à l’envi, tout en psalmodiant et aux personnes musulmanes qui pratiquent ce mouvement de tout leur long : autre exemple : par des danses sacrées (cf. une personne hindoue déjà rien qu’avec ses mains (mudrā)) ou par des pratiques rituelles d’interconnexion, des prières extatiques de guérison, des états de transe (cf. le rythme des tambours chamaniques)…

Le doux et bienfaisant ronronnement du chat qui émet des sons de basse fréquence n’est-il pas une invitation à prendre soin de la propreté de nos champs électromagnétiques ?

Vibromasseurs ?

Quand un tambour ou un diapason vibre, s’il y a, à ses côtés, sur la même fréquence, un compère / confrère (on est entre pairs), celui-ci se mettra à résonner. Nous faisons de même entre nous et avec le monde à chaque instant ! Osons entre nous jouer notre rôle de vibromasseurs, ma sœur …et mon frère !

« Plus nous sommes en cohérence cardiaque, plus notre champ magnétique est cohérent. Cela a un impact sur l’entourage, cela élève l’énergie des autres » (Rollin McCraty, du HeartMath Institute). Ce chercheur le montre avec, à l’appui, des courbes de synchronisation que des instruments de mesure en laboratoire objectivent : impressionnante visualisation de l’impact de nos fréquences vibratoires. Voir mon post de demain sur les ‘ondes & résonance de Schumann’…

Le sport peut être perverti par la performance

Dans l’Antiquité, le sport de haut niveau vise l’accomplissement de soi. Cette visée est aujourd’hui en danger quand elle est pervertie par le culte de la performance : grapiller sans cesse quelques millièmes de secondes jusqu’à ce que le corps n’en puisse plus, casse, dérape dans un accident, etc.

Isabelle Queval a écrit un article ‘De l’accomplissement de soi au dépassement de soi’ (dans ‘Le Sport, le diable au corps’, 2021, pages 39 à 47), pour montrer comment on est passé de l’un à l’autre à partir de l’avènement historique et philosophique d’une certaine modernité de conquête.

L’ultra-marathonien, Malek Boukerchi, souligne les bienfaits du sport vécu ensemble quand il apporte un baromètre de nos relations plus qu’un chronomètre de nos performances.

Mettre mon chapeau

Voici un point-clé de la formation de base que je propose.

Derrière toute parole sur l’autre,
il y a une parole de moi.
Derrière toute parole ‘tu’ qui tue,
il y a un besoin non satisfait qui mérite d’être accueilli en ‘je’.

Quand monte en moi une parole-poison dirigée vers l’autre,
il est crucial de vivre un U-turn, de revenir à moi,
de mettre mon chapeau (càd lâcher l’autre et diriger mon attention vers ce qui est atteint en moi pour en prendre soin)
de descendre de la tête au coeur jusqu’à mes tripes,
pour aller rencontrer ce qui ne vit pas en moi
et lui offrir une présence telle que finalement,
cela se remet à vibrer et à vivre en moi…
Il est essentiel de s’abstenir de partager à l’autre
tant que je suis plein du jugement ou reproche
qui m’empoisonne et qui, s’il est dit tout haut,
va empoisonner la relation (et l’autre s’il n’a pas
appris non plus la CNV)…

Je ne reviens à l’autre que quand il  y a de l’espace
en moi pour accueillir et m’intéresser à son monde,
du fait que je suis au clair avec le vécu qui
m’appartient (triste, déçu, etc.) relié
à mon manque (verre à moitié vide)
= mon besoin (verre à moitié plein),
ce qui compte pour moi, ce qui me motive
= mes intentions et fondements profonds,
ce qui me donne des élans de vie et de joie, et
que je pourrai partager sereinement, au bon moment.

Cf. Chomé Étienne, La méthode C-R-I-T-E-R-E pour mieux gérer nos conflits, Presses universitaires de Louvain P.U.L., 2009, p. 197 et sq.

Radis pas radin

« C’est une vérité subtile :
tout ce que tu aimes, tu l’es » (Rûmi).

Le radis est un bol d’énergie,
riche en vitamines B et C, en
zinc, phosphore et sodium,
particulièrement bon pour
l’organisme des séniors,
à portée de toutes
les bourses.
Qu’on se le dise !

Au paradis, on n’aura pas un radis
mais les amis de nos amis seront admis.
Au paradis, on n’aura que son bonheur.
Auparavant, on aura tout mis dans son coeur.

(Merci, l’amie Fanny)

Alliées plus qu’ennemies

Je viens de lire « À la mémoire de Thérèse qui a perdu son combat contre le cancer, à 85 ans ». « Perdre son combat contre… » ? Cette mise en mots ne correspond pas à la sagesse que la vie m’enseigne par rapport à la maladie et à la mort.

Voici ce qui sonne juste en moi, du point de vue biologique, puis psychique.

Dans la toute grande majorité des cas, les bactéries, virus et microbes (qui sont plus nombreux sur notre peau que les cellules humaines) cohabitent en symbiose et en collaboration avec notre organisme.

Plutôt que de lutter contre la maladie, la sagesse m’invite à l’écouter avec soin comme un utile signal d’alerte, en ce sens qu’à travers elle, s’expriment les membres de mon corps et de mon équipe intérieure, m’indiquant ce dont j’ai à prendre soin prioritairement, ici et maintenant. Pour aller plus loin, cf. mon post https://etiennechome.site/le-processus-naturel-de-guerison-devant-une-attaque-externe/

Et plutôt que de lutter contre la mort, la sagesse me prie d’accueillir le sens profond de ma vie et les étapes de mon pèlerinage sur le chemin de la Vie véritable.

J’ajoute, en outre, un point de vue biblique.

a) En Matthieu 5,38-39, le mot « contre » (ἀντί) est répété trois fois coup sur coup pour nous avertir du piège de « se battre contre ». À tous les niveaux, Jésus nous prie de sortir du piège mimétique de la violence. Et la violence commence déjà en ‘nous’-même, contre ce que ‘nous’ n’aimons pas en ‘nous’-même (il est intéressant d’accueillir ces 3 ‘nous’ différents…).

b) L’Apocalypse nous révèle qu’à la fin des temps, la bataille finale entre les Forces du Bien et du Mal sera aussi simple qu’un lever de soleil, dissipant les ténèbres, dans une totale asymétrie : la clarté du jour vient dissiper l’obscurité de la nuit. Il n’y aura aucune lutte contre mais bien l’avènement de la Vérité authentique. Pour en savoir plus à ce propos, cf. https://etiennechome.site/5387-2/.

Bonne fête d’Hanoucca, la fête juive des lumières (durant huit jours, chaque soir, chaque chaumière allume les lumières de Hanoucca).

Chakras

Savez-vous que ‘chakra’ en sanskrit signifie cercle et à partir de là roue ?  L’Inde antique nous dit que chaque humain vit spirituellement à partir de 7 chakras, chacun ressemblant à une roue de lumière qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre à une vitesse différente. Ils sont le long de la colonne vertébrale, comme des spirales d’énergie de différentes couleurs. Ces principaux centres énergétiques du corps fonctionnent comme des valves-clé qui régulent notre flux d’énergie et donc notre santé. Es-tu tenté ‘sans T’, si tant est tantra ?

« I feel like I’m not on Earth just to shake it and shake it endlessly, you know? » (Shakira).

Cras : ancien français venant du latin ‘crassus’ (= gras, sale).

L’alcool démolit le foie, tout(e) à la foi(s) ?

« L’alcool altère la conscience de soi : les individus ayant bu de l’alcool utilisent moins fréquemment que les autres les termes ‘je’, ‘moi’, ‘mien’, ‘mon’. Il se pourrait qu’il facilite le passage d’un ‘je’ cartésien, contrôlé et rationnel, à un ‘je’ d’une autre nature, décrit par Rimbaud dans sa Lettre du voyant à Paul Demeny en 1871 : ‘Je’ est un autre. Sous influence alcoolique, par le dérèglement des sens, ‘je’ devient autre » (Laurent Bègue-Shankland).

« L’arrêt de toute consommation d’alcool entraîne de nombreux bienfaits : s’améliorent à court terme la qualité du sommeil et la santé de la peau ; à moyen terme, le foie et le poids ; à long terme, la tension artérielle et la mémoire » (les médecins Livi).