Mes derniers voeux 2024

«  Il y a des choses invisibles
que l’œil de chair ne voit pas,
qu’on peut saisir par l’esprit et par le cœur.
Ce qu’il y a de plus beau dans la création artistique,
c’est justement cette part féminine, cette musique
qui n’en finit pas de chanter.
[…] En cet instant unique, entre ciel et terre,
sans autre témoin, ils sont tous les deux là.
[…] Tout est métamorphose ; il y a
merveille au sein de la désolation même »
(François Cheng, L’éternité n’est pas de trop).

Fin janvier = fin de la période des vœux.
Du coup, dans l’image, un petit dernier
alexandrin holorime en fin ‘je veux’.

La féérie enneigée

La neige est tombée, des heures durant, tissant un épais manteau blanc à Dame Nature, sans ratures. Il y eut un soir d’engendrement, il y eut un matin ensoleillé. Nous voici tendrement enveloppés par cette neige fraîche si différente du givre : transformée en cristaux légers, l’eau prend 15 fois plus de place ; elle s’éclate dans l’espace, comme des cheveux ébouriffés, à la fois figés et aérés, si tant est qu’ils sont si tentés d’échapper à la pesanteur.

La neige s’est posée délicatement sur chaque tige, chaque brindille, ainsi ennoblies. Et, dès que le soleil s’y réverbère, elle se transfigure en mille diamants qui brillent de mille feux. La lumière est alors partout si étonnamment forte ! Comme si le soleil aveuglant de se réfléchir autant sur la neige désirait, le temps de cette féérie, compenser le déficit de lumière de ces longues nuits d’hiver…

Merci à la Personne qui a pu allumer une telle lumière parmi nous !

Face à la froidure enneigée

Par le principe physique dit de l’absorption hygrométrique, la neige absorbe l’humidité et les bruits : les sons sont ouatés, comme étouffés et l’air est plus sec ! Par contre, quand la neige devient de la glace, c’est le contraire : les sons sont davantage propagés.

Hiberner n’est pas hiverner !
Une lettre de différence pour dire plein de différences sur la température, le métabolisme, la vigilance, etc. L’animal qui hiberne se trouve dans un état de léthargie avancé : seules restent actives les zones de son cerveau qui commandent les actions vitales. L’animal qui hiverne, quant à lui, somnole : son cerveau peut parfaitement se réveiller, en cas de besoin.

Image jointe de gauche : Jean-Michel Bihorel qui a créé cette arête rocheuse l’a intitulée non pas ‘Arrête-toi’ mais ‘Winter Sleep’.
J’ai toujours pas vu le slip, mais bon, bonne hibernation / hivernation…

Pour relever le niveau (20 cms
de neige en plus annoncée ici) :
« Au vent capricieux d’un jour d’hiver
Dansent des myriades de diamants,
Ballet erratique et scintillant
Sous le blanc soleil d’un froid polaire.
Parfois, dans le silence transi,
Le vent s’amuse à les accrocher,
Habillant la nature engourdie
De cristaux de glace immaculés.
Parée d’une gangue virginale,
La campagne resplendit alors
De l’étonnante beauté hiémale
Que lui apporte le vent du Nord »
(Hélène de Vannoise, Froidure, 14 janvier 2024, sous le ciel de la Nièvre).

Des si déments, décidément

« Mais il n’y aura pas pour toujours des ténèbres sur ce pays envahi par l’angoisse… Le peuple qui vivait dans les ténèbres verra briller une grande lumière… » (Isaïe 8,23 ; 9,1).

« La Parole est faite chair et la lumière de Dieu vient briller dans les ténèbres de notre humanité » (Isaïe 9,5-6 ; Jean 1,1-5).

Passages bibliques cités par Augustin Nkundabashaka dans le Bulletin de Noël 2023 du M.I.R.-France (branche française du Mouvement International de la Réconciliation), qui présente le travail de plusieurs des personnes avec qui je collabore étroitement :

cf. le bulletin de Noël du M.I.R.

Bon à neuf 2024 !

Saint Œufs-se-tachent, priez pour John Doeuf, l’homme dans l’image jointe, pour qu’il ne soit jamais brouillé par quelque faux pas qui le transforme en homme-led, à moins que cela révèle tout son potentiel de John Doeuf ?

Son bel habit n’œuf
serait-il un bon ‘bon à neuf’ ?

Il me confia sa résolution pour cette année 2024 :
changer le nœud papillon rouge
en authentique n’Œufs-papillon…
Je lui souhaite tout le bon-nœud du monde…

L’épiphanie d’une nouvelle royauté

La « galette des rois » est une tradition bien vivante chez nous :
le premier dimanche de janvier, pour l’Épiphanie, on “tire les rois”
en famille. Cette année, nous avons la joie de vivre cette tradition
avec des Mauriciens qui ne connaissent rien de cette tradition.
Alors, je la raconte ici.

Le clou de la fête est au dessert, autour de la galette à frangipane
(en forme de couronne) qui a été cuite pour l’occasion avec,
en son sein, une fève cachée : aussitôt que la personne
dont la part de gâteau contient la fève la découvre,
elle est reconnue reine/roi et elle choisit qui sera
roi/reine avec elle, pour toute la journée.
Et on leur met une couronne royale dorée sur la tête.
Au moment de la découpe de la galette, comme tous prennent
un malin plaisir à repérer dans quelle part se trouve la fève,
la personne la plus jeune d’entre nous est envoyée sous la table
pour être la voix innocente : la maîtresse de maison pointe une
part de gâteau en lui demandant à qui attribuer cette part…

Cette fête existait avant le christianisme. Après le solstice d’hiver,
les Romains fêtaient le retour de la lumière de cette manière : 
maîtres et esclaves de la même maisonnée partageaient un gâteau,
souvent fourré de miel et de datte, dans lequel était cachée la fève,
sorte de tirage au sort de la personne honorée en roi/reine pour un jour.

Ce que les chrétiens ont apporté à cette fête, c’est un sens neuf
de la royauté, de la couronne (forme qu’ils vont donner
à la galette) et de la lumière.

Il y a les rois, au sens des chercheurs de l’essentiel
qui ont la joie de connecter le Ciel et qui auront la
surprise d’être illuminés de l’intérieur d’une étable :
« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?
Nous avons vu se lever son étoile et nous
sommes venus nous prosterner devant lui. »

Il y a Hérode, le roi-politicien, qui cherche à éliminer le rival :
« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant.
Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour
que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »

« Avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,
les sages d’Orient regagnèrent leur pays
par un autre chemin » (Mt 2, 1-12).

Il y a ce bébé innocent dans la mangeoire,
dont tout l’être irradie d’une lumière nouvelle,
dont la couronne royale deviendra couronne d’épines…
Et la Passion commence déjà dès sa naissance :
à tour de bras, le roi Hérode crucifie de saints
innocents, hier comme aujourd’hui encore !

Je nous souhaite belle réception de cette lumière
autre que celle du soleil extérieur
et bonne royauté alternative !

Merveilleux sur mer / mère veilleuse

En pâtisserie, le merveilleux est un gâteau cylindrique
à plusieurs couches de meringues sèches soudées
ensemble et recouvertes par une ganache,
le tout roulé dans des copeaux de chocolat.
Le merveilleux s’invite le mieux au cœur de l’hiver.

Saviez-vous que le merveilleux a été créé
en référence aux Merveilleuses de l’Ère directoire
(1795-1799) ? Ces femmes avaient un goût prononcé
pour la mode (perruques, plumes, bijoux, décolletés…)
et les plaisirs de la vie. Ce petit gâteau meringué est
originaire de Belgique. C’est aussi un classique dans
le Nord de la France, où on l’appelle – paraît-il –
« boule meringuée au chocolat »,
« boule choco » ou « arlequin » !

Aux personnes qui me lisent de l’hémisphère Nord,
bonnes calories pour faire face au froid de l’hiver…
Aux personnes qui me lisent de l’hémisphère Sud,
je gage que la photo jointe vous fasse un peu sentir
l’ambiance de notre ‘mer du Nord’ en hiver…

Merci, mon âme-mie, Françoise, de m’avoir envoyé
cette photo qui m’inspire ce matin ce merveilleux
sur mer / mère veilleuse…

L’Épiphanie dans tous les sens / l’essence ?

En littérature, « épiphanie d’une réalité » se dit d’une prise de conscience soudaine et lumineuse de la nature profonde de cette réalité : on parle d’une épiphanie de la musique, de l’épiphanie d’une amitié…

Dans son sens philosophique, « épiphanie » convient pour l’expérience d’une personne qui découvre une nouvelle information ou expérience, souvent insignifiante en elle-même, qui illumine de façon fondamentale l’ensemble. C’est voir la chose dans son intégralité, après avoir rassemblé toutes les pièces du puzzle ; genre Archimède s’écriant « Eurêka / J’ai trouvé ».

Fêter l’épiphanie, le 6 janvier, serait-ce donc célébrer la joie que les pièces du puzzle biblique sont désormais toutes assemblées ? Les mages, en quête du sens premier de la vie, partent de chez eux, quatre à quatre. Les voici à côté d’un bœuf et d’un âne, pour reconnaître et honorer le Fond de l’être, que ce bébé incarne si bien et que nous pouvons percevoir, en déployant notre stéthoscope divin, avec ses antennes célestes et capteurs terrestres…

Bonne fête de l’Épiphanie…

Âne né bis-sextile

C’est parti, nous serons bis-sextiles
cette année sexy-tilt :
trois-six-six bons jours ;
crois, si si bonjour !

« Dieu à double visage,
c’est de toi que part l’année pour s’écouler sans bruit.
toi qui, sans tourner la tête, vois ce que nul autre dieu ne peut voir,
montre-toi propice aux chefs dont l’active sollicitude donne le repos
à l’Océan et la sécurité à la terre, qui nous prodigue ses trésors.
Montre-toi propice à tes sénateurs, au peuple romain,
et, d’un signe, serre les portes de ton candide sanctuaire »
(Ovide pas odieux quand il prie
au dieu Janus pas au vide ?).

« L’univers est un parchemin,
un endroit et un envers.
Ce côté-là, c’est le mien.
C’est sur celui-là que j’erre.
Et ce temps qui nous transperce,
ces illusions qui nous bercent,
n’ont pas le même pourquoi
sur l’envers et sur l’endroit »
(l’astrophysicien Jean-Pierre Petit brodant sur son modèle de Janus).

Voici une vidéo avec des scènes
qui m’ont tant émerveillé
que je partage :
https://www.facebook.com/reel/289809510638396
Images jointes prises de là.