L’amour qui vient de Dieu

« … Il y a un amour plus grand, un amour qui vient de Dieu et qui est dirigé vers Dieu, qui nous pousse à aimer Dieu, à devenir ses amis, et qui nous permet d’aimer notre prochain comme Dieu l’aime, avec le désir de partager l’amitié avec Dieu. Cet amour, à cause du Christ, nous pousse là où humainement nous n’irions pas : c’est l’amour pour les pauvres, pour celui qui n’est pas aimable, pour celui qui ne nous aime pas et n’est pas reconnaissant. C’est l’amour pour ce que personne n’aimerait, même pour l’ennemi. Même pour l’ennemi. Cet amour est  » théologal », c’est-à-dire qu’il vient de Dieu, il est l’œuvre de l’Esprit Saint en nous.
[…] L’amour chrétien embrasse ce qui n’est pas aimable, offre le pardon
– comme il est difficile de pardonner ! Que d’amour il faut pour pardonner ! –, l’amour chrétien bénit ceux qui maudissent, alors que nous sommes habitués, face à une insulte ou à une malédiction, à répondre par une autre insulte, par une autre malédiction. C’est un amour si audacieux qu’il semble presque impossible, et pourtant c’est la seule chose qui restera de nous. L’amour est la « porte étroite » par laquelle nous devons passer pour entrer dans le Royaume de Dieu. Parce qu’au soir de la vie, nous ne serons pas jugés sur l’amour générique, mais nous serons jugés précisément sur la charité, sur l’amour que nous avons reçu concrètement » (Pape François, Audience générale du 15 mai sur la vertu théologale de la charité :

https://www.osservatoreromano.va/fr/news/2024-05/fra-020/la-porte-etroite-de-l-amour-qui-embrasse-et-pardonne-meme-les-en.html

).

La lumière dans l’ombre

« Un homme affamé n’est pas « intéressé » par la nourriture, tout comme un homme en train de se noyer n’est pas « intéressé » par l’air. Pour celui qui se languit de la libération, la connaissance du Soi n’est pas un intérêt. Elle est vitale » (Mooji).

« Trahissais-tu les plaines solaires de juin et leur ciel en touffe de bleuets sur les clochers, la nuit où tu allumas entre les maisons le grand feu blanc d’une aube sans sommeil ?
Pouvais-je, contre une falaise que flagellaient les fruits malingres et les feuilles émaciées, ne pas tressaillir à cette lueur dont tu inventas de poser le silence sur mes abîmes ? » (Jean Grosjean, Élégie).

IFS 4

Dans la session d’initiation à l’ IFS (Internal Family System) que je donne régulièrement, quelle joie de voir émerger l’énergie de « Self ». En IFS, le Self désigne cette instance centrale de la personne, là où « je suis qui je suis » pleinement, en vérité, mon essence-Ciel indemne des blessures de la vie, ouvert à tous les possibles, capable naturellement d’accueil bienveillant et curieux. C’est ce lieu-source en nous qui a les ressources pour clarifier, accueillir et soutenir avec compassion tous les aspects intérieurs de notre psychisme. L’objectif du processus IFS est de restaurer le « Self leadership », état dans lequel la vie psychique se trouve guidée harmonieusement par le Self. Cela permet petit à petit à la personne de soulager les charges et fardeaux douloureux portés par ses parties et de retrouver un apaisement intérieur durable et un équilibre psychique fluide et dynamique.

Cette démarche de l’IFS, proprement psychologique, est en profonde connivence avec les diverses démarches spirituelles par lesquelles les âmes humaines, naturellement connectées au Souffle de l’Amour, parviennent à offrir ce Souffle gratuitement et généreusement à tout ce qui en est coupé ou loin. (Source abreuvante, Souffle oxygénant, Soleil lumineux : les 3 archétypes de la nature pour dire cette vie trinitaire qui anime tout Vivant…)

3 sites pour en savoir plus sur l’IFS : https://www.selfleadership.org/ + http://ifs-association.com/ ;

en couple, cf. https://www.toniherbineblank.com/), ainsi que le livre de référence : Schwartz Richard, No bad Parts, traduit en français : https://editions.quantum-way.com/auteur/richard-schwartz/.

Bonté pas tombé

« En 1986, lorsque je me suis éveillée à la réalité, j’ai pris conscience que toute ma souffrance découlait du fait que je me disputais avec ce qui est.
Je vivais dans une profonde dépression depuis de nombreuses années et je rendais le monde responsable de tous mes problèmes. J’ai alors compris que ma dépression n’avait rien à voir avec le monde qui m’entourait ; elle était provoquée par ce que je croyais à propos du monde. J’ai réalisé que je souffrais quand je croyais mes pensées, mais que je ne souffrais pas quand je ne les croyais pas, et que cela est vrai pour tout être humain. La liberté est aussi simple que cela » (Byron Katie).

il est île, elle est ailes

« Et ces deux âmes s’envolèrent ensemble,
l’ombre de l’une mêlée à la lumière de l’autre »
et vice-versa… (Victor Hugo).

« « Femme » est le mot le plus noble qu’on puisse
attribuer à l’âme, bien plus noble que vierge.
Que l’être humain accueille Dieu en soi,
c’est bien, et dans cet accueil, il est vierge.
Mais que Dieu devienne en lui fécond,
c’est mieux » (Maître Eckhart).

Expérimenter l’Amour inconditionnel et infini

Je viens d’avoir mon 59ème anniversaire qui m’a permis de me reconnecter à l’expérience fondatrice de ma vie. J’allais sur mes 15 ans quand j’ai fait l’expérience d’être aimé d’un Amour d’une telle Présence gratuitement généreuse que ce moment reste le plus important de ma vie. L’expérience de cet Amour inconditionnel et infini est le roc de ma vie, la source de ma joie.

Vivre, c’est dire merci pour cette Source surabondante et inépuisable à laquelle est naturellement connectée la fine pointe de mon être : mon âme, le cœur de mon cœur… Gratitude éternelle !

Lumière reçue avant d’être donnée

Accueillir et offrir le bon air de la vie, aussi simplement que mes poumons inspirent et expirent (avec ou sans ma conscience). Recevoir et donner aussi simplement qu’un robinet donne l’eau qu’il reçoit, sans autre effort que d’être branché à la source…

« Vous ne pouvez pas davantage changer le passé que modifier la scène que dépeint un vitrail. En revanche, par votre patient travail intérieur, vous pouvez un jour faire jaillir intérieurement une lumière qui en transfigurera jusqu’aux instants les plus sombres et difficiles. Les faits resteront les mêmes, mais il se dégagera d’eux un éclat qui en justifiera rétrospectivement jusqu’au moindre détail. Seule la forme du passé est figée à jamais comme le verre ; à tout moment, votre conscience présente peut l’illuminer, en révéler la beauté insoupçonnée et en faire surgir un sens aussi lumineux que le diamant dissimulé dans la noirceur du charbon » (Olivier Clerc, Graines de sens).